Blog

MÉMOIRES VAGABONDES

Mon ami Albert m’a permis de publier ce qu’il appelle ses « mémoires vagabondes » à la suite de ce que j’ai déjà mis en ligne, et je commence par la première de ces nouvelles très savoureuses que je vous fais partager in extenso avec grand plaisir.

My beautiful street and our vicinity*

No me toque la pichi la la la, la pichi, la la la, la pichi, la, la, la (air du folklore Béni-Safien)

J’habitais la rue « des trois hémisphères. Elle n’avait rien de particulier, sinon qu’elle était habitée par un conglomérat de familles aux origines diverses, mais méditerranéennes. Le vrai lien qui unissait ce peuple et lui donnait son unité était la pauvreté. Une misère qui avait sécrété son propre système d’autosuffisance ; on manquait de tout, sauf de l’essentiel : du pain, de l’oignon et de la sardine ; grâce au troc, on finissait par combler les cases vides de nos besoins.

Mes voisins immédiats étaient chevriers. Ils disposaient d’un troupeau de chèvres et d’un ou deux boucs. Peu importe leur nombre ; ils se disputaient très souvent (je parle des boucs). Ils n’acceptaient pas de partager les génitrices. Le plus vieux les voulait toutes pour lui, tandis que le jeune en avait par-dessus la tête de demander la permission de soulager accessoirement ses glandes afin d’accomplir son devoir de reproducteur.

Et c’est ainsi que de temps en temps, il se formait des disputes mémorables desquelles le freluquet à peine sorti de son adolescence n’était jamais sorti vainqueur. Lorsque l' »arthrosé » de vieux mâle déjà bon pour la retraite prenait ses crises de jalousie, il donnait des coups de tête à défoncer le mur de Berlin. Et le jeune apeuré aux yeux pleins de larmes se morfondait au fond du corral.

Adolescents, avec d’autres camarades, nous nous amusions à imiter le comportement du bouc que nous appelions « barba photo ». Le poing fermé, nous imprimions des mouvements saccadés à notre mention tout en émettant des bêlements plus ou moins fantaisistes ; parfois les chèvres joyeuses remuaient avec frénésie leur queue, enfin c’est ce que je pensais ! Mais comme elles continuaient à ruminer avec des yeux inexpressifs et vitreux l’herbe chétive qu’elles avaient ingurgitée dans la matinée du côté du « monte seco », il est clair que je devais me tromper. De toute façon, cela nous donnait l’illusion, à douze ans, d’être les égaux de ces vieux mâles caparaçonnés. Ces derniers n’appréciaient pas ces comportements et souvent ils venaient nous cogner, sans trop de conviction. Au fond, je pense qu’ils avaient vite admis que nous n’étions que des rivaux de pacotille. A l’époque, je n’avais pas compris pourquoi ces boucs portaient un tablier en cuir sous l’abdomen ; c’est un grand de quatorze ans qui m’expliqua que ces animaux devaient accomplir leurs devoirs conjugaux à des périodes bien précises  et sur des femelles bien identifiées. Des préservatifs pour bouc, en somme. Dans notre petite tête de gamins délurés, ceci nous conduisait à faire des comparaisons avec des adultes du quartier et leurs épouses respectives ; notamment avec M. Sebhaou, le cordonnier, qui portait toujours un tablier de cuir épais lorsqu’il officiait devant le pas de sa porte, d’autant plus qu’il possédait une barbichette et qu’il était né sous le signe du bélier. En fonction des saisons, le chevrier, surnommé « El Cabrero » sortait son troupeau dès le lever du jour au printemps et en automne ; c’était un homme pas trop jeune, âgé peut-être de cinquante ans, avec un visage sillonné de rides et moustaches à l’ancienne. Il était toujours vêtu d’une veste et d’un pantalon délavés en  coutil, avec beaucoup de reprises, mais toujours propres. Le mégot collé à la commissure de ses lèvres sur la partie gauche de sa bouche, la musette au dos et la matraque dans la main droite, il allait de son pas tranquille vers les collines qui entouraient le village. Le chien qui dirigeait le troupeau s’appelait « Tito », peut être parce que ce fut un ancien employé de la Compagnie surnommé « Le Serbe »   qui le lui offrit.

La suite au prochain numéro…

UN PROGRAMME ÉLECTORAL TEINTÉ D’UNE BONNE PINTE D’HUMOUR !!!

Un de mes amis m’a envoyé le texte d’un programme électoral tout à fait imaginaire, conséquence d’une demande d’un professeur à ses élèves étudiants en sciences mathématiques et physiques à qui on demandait de réaliser dans l’humour un programme électoral vue de la campagne présidentielle. Ce texte est tellement drolatique que je n’ai pu m’empêcher de le mette en ligne..


Françaises, français…..

Je ferai mes dix huit ans au premier avril de cette année 2022 ; en conséquence, je me réserve   et vous réserve la surprise de poser ma candidature aux prochaines élections  présidentielles.  Je ferai donc une demande exceptionnelle auprès du Conseil Constitutionnel pour bénéficier d’une dérogation  (on n’est pas à un mois près).

Tout d’abord que je me présente : je m’appelle Abdel au Bois Dormant , issu d’un père de souche Nord Africaine (les souches ne manquaient pas dans son bois ) et d’une mère Brésilienne issue des favelas.  Tous les deux ont  mis leur religion d’origine de côté pour mieux s’intégrer à la France, ce pays béni des Dieux où la laïcité est de mise.

J’ai beaucoup réfléchi aux problèmes fondamentaux qui secouent notre Société : L’espèce humaine, fruit d’une longue évolution, apparue il y a environ quelques millions d’années sur terre, ne s’est pas montrée digne de son potentiel d’intelligence et de réflexion ; cherchant toujours à vouloir plus, elle n’a pas su se raisonner pour établir un équilibre essentiel avec la nature. Plus, toujours plus, et la nature recule, et la terre souffre. On s’oriente ainsi vers la sixième extinction. A force de bouleverser son équilibre, elle aura des réactions violentes dont l’homme pâtira, voire disparaitra. Et la terre, calmement, en conscience, attendra que le soleil devienne une naine rouge pour être absorbée et disparaître dans l’Univers.

Je tiens à me battre contre cela ; c’est pourquoi j’ai décidé de créer le PVT, le parti des Verts de Terre, notre parti… Voici les points sur lesquels je m’appuierai : 

1 : Faire prendre conscience à l’humanité que nous sommes des citoyens à part entière de la terre. Et pour cela, je me battrai contre la mélanine, ce pigment qui crée la différence entre blancs et noirs. Chacun choisira librement d’en prendre ou pas. J’interdirai le tabac et la drogue, et donc je demanderai à ce que nos biologistes fassent une recherche poussée pour donner vie à un criquet pèlerin destructeur de ces végétaux qu’on lâchera dans les pays producteurs de ces produits néfastes. 

2 : Supprimer les religions, surtout les monothéistes, qui depuis deux mille ans provoquent de dissensions et des combats sanglants, et les remplacer par le PDR ( Parti D’en Rire) ; le rire est le propre de l’Homme à condition qu’il se lave.(Six slaves, c’est qu’ils se nettoient, et si ce n’est toi, c’est donc ton frère).

3 : Mettre au point un contraceptif universel  pour limiter la naissance à deux enfants par couple et en interdisant aux hommes  la possibilité de posséder plusieurs femmes, voire l’inverse.

4 : Tenter de développer une langue commune, comme cela avait été tenté avec l’Espéranto. Cela a été tenté au 20eme siècle, mais a échoué. Je ferai donc un référendum au niveau de tous les continents pour décider d’une langue et d’une grammaire adaptées à tous les genres humains comme le souhaitent les wokistes. .

 

5 : Social : Chaque individu naissant aura sa spécificité génétique.  Il y aura des bons et des moins bons, c’es la loi de la nature. Mais partant du principe que nous sommes tous égaux en droit, chacun aura le même type de paie, qu’il soit PDG ou manœuvre. Je supprimerai l’impôt de façon globale et je mènerai une lutte anti fraude rigoureuse.

6 : Retraite : Chacun sera libre de choisir l’âge de son départ, quitte à revenir au travail si l’ennui le gagne et de faire une retraite au flambeau.

7 : Je supprimerai les EHPAD et les remplacerai par des centres mieux adaptés à nos aînés que je positionnerai sur les rives de la Méditerranée.

 8: isoler les bâtiments  en évitant les ponts thermiques sur lesquels aucun train ne pourra passer, surtout à l’heure de la sieste.

9 : restaurer la discipline en demandant à la police d’être souriante et ne pas recruter des individus à la mine pas tibulaire.

10 : Favoriser l’immigration ; ainsi, nous contribuerons à  la créolisation, d’autant plus que la mélanine aura joué un rôle fondamental . Nous favoriserons la fabrication des billets  de 500 et 1000 euros à partir de  cellulose importée depuis les forêts amazoniennes.

11 : réduire le nombre de députés et sénateurs qui encombrent les bancs des deux assemblées et supprimer le métier honteux de porte parapluie mis en place par un Président dont je tairai le nom pour ne pas me mouiller.

12 : Faire l’Union des nations avec un gouvernement mondial  basé en Afghanistan , terre de liberté et d’égalité reconnue par l’ensemble des nations. 

13 : revenir à l’âge de pierre ou du bronze,  le seul âge où les frontières n’existaient pas.

14 : santé : faire la chasse aux virus qui sont apparus il y plus de quatre milliards d’années  et tentent sans relâche de chercher leur proie de prédilection ; de grands travaux seront accomplis pour recongeler  le permafrost et empêcher ces êtres insignifiants et  sans noyaux de revenir sur terre.

 15 : grands travaux : empêcher la dérive des continents en mouillant de grandes ancres accrochées aux diverses  médianes atlantiques et pacifiques et relier les continents par des autoroutes  submersibles non payantes.

16 :Etablir une réflexion commune pour supprimer les armées ainsi que l’arme atomique et faire de la poutine à base d’œufs de muges.

Sans relâche, votez pour Abdel au bois dormant, le seul qui donnera vie à l’humanité.

A.C.

L’ACTIVITÉ PRÉFÉRÉE DE CHLOÉ

Sa dernière  »prestation »

Hier après-midi, profitant de mes (in)disponibilités actuelles, Jean-Louis a joué avec Chloé à son activité préférée, la balle !!!
On peut voir dans cette vidéo avec quelle virtuosité elle court, bloque, renvoie la balle.

Nous sommes devenus fous !!!

Ce virus nous conduit tout droit à l’asile quand on voit comment le Français lambda surréagit par rapport aux directives sans cesse controversées par les précédentes du gouvernement et de notre très « cher » président.

Les jeunes eux-mêmes sont fagocités par ces « élus » ou pas d’ailleurs qui dirigent le pays. Depuis bientôt deux ans le pays va brinquebalant mais il paraît que tout se porte bien sauf bien entendu la santé qu’il faut à tout prix préserver.

Dernière initiative en date : l’obligation qui devrait être faite après la troisième dose, ou la première, la deuxième ou la quatrième de pratiquer un test antigénique pour vérifier si nous sommes positifs.

J’en suis tout à fait d’accord pour ma part à condition que le même test soit pratiqué avant la prise de vaccin, histoire de vérifier que ce n’est pas ce qu’on nous inocule qui soit responsable de la positivité…

Bien entendu la possibilité ne nous sera pas offerte et je doute que – dans le cas où un tel test serait pratiqué après – celui que nous aurons par précaution fait nous-mêmes juste auparavant soit validé !!! Mais en ce qui me concerne je me contenterai du résultat quel que soit un quelconque avis mettant en doute la validité d’un test antigénique établi par nos soins auparavant et celui légal pratiqué après …

Affaire à suivre !!!

FESTIVAL VOITURES ANCIENNES

Pour les amoureux de vieux tacots (pléonasme ?), voici une exposition de véhicules anciens sur laquelle nous sommes tombés en faisant un séjour dans le Morbihan, plus précisément pour assister au mariage de la filleule de mon mari : c’était en mai 2010 et en voulant confirmer cette date sur le net, je me suis rendu compte que ce genre de manifestation était très couru en province. Mais quelle que soit l’époque ces véhicules sont intemporels.

Lire la suite « FESTIVAL VOITURES ANCIENNES »

LA RÉSERVE AFRICAINE DE SIGEAN

Située entre Narbonne et Perpignan, la Réserve Africaine de Sigean héberge à l’heure actuelle plus de 3800 animaux sur plus de 300 hectares.

Parc animalier semi-naturel, l’espace offert est suffisamment vaste pour que les animaux restent sauvages et expriment pleinement leurs comportements naturels.

La réserve africaine de Sigean est un parc zoologique français situé sur la côte méditerranéenne, entre Narbonne et Perpignan, fondé en 1974 par Paul de La Panouse et Daniel de Monfreid. Ce parc peut se visiter aussi bien à pied qu’en voiture. Ce n’est que plus tard que les inondations de 2014 ont ravagé celui-ci et causé la mort de dizaines d’animaux sauvages. Fort heureusement il a surmonté ces tragiques évènements et son actualité semble bien plus heureuse désormais.

En 2008, nos sept petits enfants réunis, Jeanne, âgée de quatre ans, la dernière d’entre eux ayant enfin l’autorisation de venir en vacances avec ses frère et sœur ainsi que ses cousins, nous sommes partis tous les neuf à deux véhicules à Sigean dans l’Aude. Il faisait assez froid mais le soleil a été assez vite de la partie comme presque toujours dans le Sud.

Il n’y avait pas grand monde puisque les vacances de printemps dans le Languedoc ne correspondaient pas à celles de Paris et les enfants ont eu l’impression d’avoir le parc presque tout à eux.

Le parc alors était moins développé qu’aujourd’hui et il mériterait une nouvelle visite en 2022 puisque Charles, notre arrière petit-fils a trois ans depuis peu.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑